Fonctionnement du coeur et de la circulation sanguine

On distingue la grande circulation et la petite circulation :
1) la grande circulation comprend la partie gauche du coeur (dite le coeur gauche) avec l’oreillette et le ventricule gauche, et l’aorte (la grosse artère qui sort du ventricule gauche) qui va distribuer l’oxygène à tout l’organisme en particulier les organes vitaux : cerveau, reins, foie, etc.
2) et la petite circulation c’est la circulation pulmonaire. Elle comprend l’oreillette et le ventricule droit (dit le coeur droit), l’artère pulmonaire, les poumons, et les veines pulmonaires Elle permet au sang de se recharger en oxygène.

Comme chacun sait que le coeur fonctionne comme une pompe.
Lorsque le coeur est relâché (diastole), les oreillettes aspirent le sang venant des veines : les veines pulmonaires pour l’oreillette gauche, les veines caves supérieures et inférieures pour l’oreillette droite. Elles se remplissent de sang, oxygéné pour la gauche, vicié pour la droite.
La contraction du coeur (systole) commence par celles des oreillettes, le sang est chassé dans les ventricules respectifs avec ouverture des valves mitrale (à gauche) et tricuspide (à droite). La contraction atteint (dans la fraction de seconde suivante) les ventricules qui éjectent alors le sang dans l’aorte (à gauche) et le tronc pulmonaire (à droite) avec ouverture des valves correspondantes et fermeture des valves mitrale et tricuspidienne (cela empêche le sang de refouler dans les oreillettes). Ensuite relâchement du coeur avec fermeture des valves aortique et pulmonaire (cela empêche le sang de refouler dans les ventricules et maintient une certaine pression artérielle, c’est le 2eme chiffre que vous donne la mesure de votre tension).

On comprend ainsi que toute atteinte d’un de ces éléments va gravement perturber la circulation normale : atteinte d’une des 4 valves (rétrécissement ou au contraire insuffisance de fermeture), malformations (communication entre les 2 oreillettes ou entre les 2 ventricules par exemple).coeur fonctionnement et circulation

Les muscles du tronc

Le grand pectoral est un muscle puissant impliqué dans les gros efforts tels que grimper, escalader, tirer une charge.
Le petit pectoral abaisse l’épaule.
Le grand dentelé est aplati et appliqué contre la paroi latérale du thorax, il a un rôle très important pour respirer.
Le grand droit fléchit le tronc sur le bassin.
Le grand et le petit oblique sont impliqués dans la rotation du tronc sur le bassin.
Le transverse de l’abdomen recouvre la totalité de la paroi abdominale et maintient les viscères. Il est important pour la respiration et le maintien du système digestif.les muscles du tronc

La vascularisation cardiaque

Par convention, en anatomie les veines sont représentées en bleu et les artères en rouge.

De l’aorte naissent que deux artères appelées coronaires pour vasculariser le coeur, une pour le coeur droit et une pour le coeur gauche. Leur obstruction ou celle de leurs branches collatérales est responsable d’un infarctus.

L’IVA est d’ailleurs surnommée l’artère de la mort.

coeur face antérieurecoeur face posterieure

La cavité thoracique

Ce qui est important de comprendre sur le schéma ci-dessous, ce sont les rapports des différents constituants de la cavité thoracique dans l’espace, à savoir :

– en arrière les vertèbres et l’oesophage, en avant de ce dernier, la trachée qui donne naissance aux bronches qui vont se ramifier dans les 2 poumons.
– en avant de la trachée, les gros vaisseaux du coeur :
1) veines jugulaires internes droite et gauche, veines sous-clavières droite et gauche dont la réunion forme la veine cave supérieure
2) la crosse de l’aorte qui donnent naissance aux premières branches de l’aorte : les artères sous-clavières droite et gauche (vascularisation des membres supérieurs), les carotides primitives droite et gauche (vascularisation de la tête et du cerveau).
3) l’artère pulmonaire.

Enfin le coeur entouré de son enveloppe (le péricarde) et qui repose sur le diaphragme entre les 2 poumons.

la cavité thoracique

Les poumons – rôle fondamental dans la respiration

les poumonsLes poumons sont les organes contenus dans le thorax jouant un rôle fondamental dans la respiration en permettant les échanges gazeux. Le poumon droit et le poumon gauche, dont un seul suffit à assurer une vie presque normale, fournissent l’oxygène à l’ensemble de l’organisme et permettent l’élimination du gaz carbonique contenu dans le sang. Il s’agit d’organes pairs et asymétriques. Le poumon droit possède 3 lobes, le gauche deux lobes. Les poumons sont enveloppés par des membranes de protection et de recouvrement : les plèvres pulmonaires encadrant le médiastin, l’ensemble repose sur la coupole diaphragmatique.

Vertébrés
Outre les échanges gazeux, les poumons participent à d’autres fonctions, comme par exemple la régulation du métabolisme acido-basique ainsi qu’un rôle de filtration du sang en éliminant de petits caillots.

Le poumon des Vertébrés prend son origine embryologique dans une excroissance du pharynx. Il est désormais admis que cette origine est différente de celle de la vessie natatoire. L’un des arguments fort est que les poumons sont une divergence de la paroi ventrale et non dorsale du pharynx.

Serpents
Chez la majorité des serpents un seul poumon subsiste, le poumon droit, le gauche étant soit atrophié soit absent. On trouve un poumon gauche fonctionnel chez les espèces primitives de boa et de python. Ce poumon est vestigial ou complètement absent chez les autres serpents. Comme la majorité des organes internes des serpents, du fait de l’addition des vertèbres supplémentaires, il est allongé.

L’unique poumon droit a acquis de nouveaux diverticules chez certaines espèces :

Un poumon trachéen, une extension à l’amont du poumon droit, qui permet la respiration lors de l’ingestion d’une proie.
Une partie inférieure développée servant à régler l’équilibre hydrostatique chez les espèces aquatiques, comme la vessie natatoire chez les poissons.

Les serpents ont une trachée soutenue par des anneaux cartilagineux qui la maintiennent béante y compris lors de l’ingestion d’une proie les empêchant ainsi de s’étouffer.

L’Homme possède deux poumons, gauche et droit, deux organes thoraciques, séparés l’un de l’autre par le médiastin, médialement. Ils sont posés sur le diaphragme et protégés par la cage thoracique en avant, en dehors et en arrière, sauf au niveau de leur sommet, car ils dépassent le bord supérieur de la première côte, et montent même jusqu’au dessus de la clavicule, à la base du cou, dans le creux supraclaviculaire.

Le poumon droit est divisé en trois lobes (supérieur, moyen et inférieur), le gauche divisé en deux lobes (supérieur et inférieur). À gauche, la partie lingulaire du lobe supérieur correspond au lobe moyen droit, tandis que la partie culminale (culmen) correspond au lobe supérieur droit. Les lobes sont séparés par des scissures, deux à droite (la grande ou « oblique », et la petite ou « horizontale ») et une à gauche (l’oblique).

Chaque lobe des poumons est divisé en segments pulmonaires :
Poumon droit     Poumon gauche
Lobe pulmonaire supérieur                         Lobe pulmonaire supérieur
Segment Apical     Le Culmen
Segment Apical
Segment Antérieur (ventral)                        Segment Antérieur (ventral)
Segment Postérieur (dorsal)                         Segment Postérieur (dorsal)
Lobe pulmonaire moyen                                La Lingula
Segment Externe (latéral)                             Segment Supérieur
Segment Interne (médial)                             Segment Inférieur
Lobe pulmonaire inférieur                             Lobe pulmonaire inférieur
Segment Apical (Fowler)                                Segment Apical (Fowler)
Segment Péricardiaque (para-cardiaque)   Segment Péricardiaque (para-cardiaque)
Segment Antéro-basal (ventro-basal)         Segment Antéro-basal (ventro-basal)
Segment Latero-basal                                    Segment Latero-basal
Segment Postero-basal                                   Segment Postero-basal

La vascularisation pulmonaire artérielle est double : le système pulmonaire et bronchique. Les artères pulmonaires apportent le sang veineux du ventricule droit pour l’oxygénation, leur parcours suivant les bronches. Les artères bronchiques proviennent de l’aorte ou des artères intercostales et apportent le sang oxygéné à la paroi bronchique au niveau des bronchioles terminales.

Les poumons sont reliés aux côtes de la cage thoracique par deux membranes appelées plèvres. L’inspiration et l’expiration sont sous le contrôle des muscles intercostaux et du diaphragme qui déforment la cage thoracique et donc les poumons via le jeu des plèvres.
Physiologie
Schéma de l’appareil respiratoire de l’homme.
Détail des alvéoles et de la circulation pulmonaires

Les poumons sont ventilés par les mouvements thoraciques lors de l’inspiration et de l’expiration, qui constituent un cycle respiratoire. En même temps, les alvéoles reçoivent du sang pompé par le cœur droit. Au repos, 4 litres d’air et 5 litres de sang traversent les poumons par minute. Lors d’un effort, ces quantités peuvent varier de manière importante (jusqu’à 160 litres d’air et 30 litres de sang par minute). Ces apports permettent aux alvéoles de remplir leur rôle d’échanges gazeux, à travers de fines membranes qui séparent les alvéoles des capillaires sanguins.

Le poumon est une porte d’entrée pour certains microorganismes, virus, gaz et micro- ou nanoparticules toxiques. En cas d’exposition chronique ou dépassant un seuil de toxicité aiguë, ces organismes et contaminants peuvent être d’intoxication et/ou de phénomènes inflammatoires et allergiques. Ainsi l’exposition à la pollution particulaire de l’air est source de phénomènes inflammatoires (facteur favorisant la cancérisation).

Voies aériennes
L’air passe par le nez (la voie habituelle au repos) ou par la bouche, pour traverser le pharynx et le larynx, qui constituent les voies aériennes supérieures. Il parvient ensuite au niveau de la trachée qui se divise en deux bronches souches (au niveau de T5, de la carène), pour se subdiviser de nombreuses fois, jusqu’à former les bronchioles terminales. Jusqu’à ce niveau, il n’y a aucun alvéole, d’où son nom de partie conductrice. Ensuite s’embranchent les bronchioles respiratoires, point de départ de la partie respiratoire. Celle-ci contient les alvéoles, où peuvent avoir lieu les échanges gazeux.

En plus de leur rôle de conduction de l’air, les voies aériennes supérieures assurent le conditionnement de l’air. Elles permettent ainsi de réchauffer l’air jusqu’à la température de 37 °C (température corporelle) et d’en assurer la saturation en eau. De plus l’air subit un filtrage, en effet tout le long des voies respiratoires sont disposées des cellules sécrétant du mucus, des glandes et des cellules ciliées. Ceci permet de créer une couche de mucus tapissant les voies, et ainsi de fixer les particules (poussières, bactéries, …) traversant les dites voies. Le mouvement des cils (des cellules ciliées) déplace ce mucus en direction du pharynx permettant son élimination dans le tube digestif (on parle d’escalateur mucociliaire). Ceci constitue un mécanisme important de défense des poumons contre les agressions extérieures. De plus, on retrouve des macrophages, qui, par leur action de phagocytose, complètent ce système de défense.

Alvéoles
Schéma en coupe des cellules d’un alvéole.

C’est dans les alvéoles, petits sacs terminant les voies respiratoires, appelés sacs pulmonaires ou vésicules pulmonaires, que se produisent les échanges gazeux. Ils sont tapissés d’une paroi très fine (jusqu’à 0,2 μm ; pour comparaison, le diamètre des globules rouges est de 7 μm) contenant les capillaires. La surface totale destinée aux échanges est d’environ 130 m², soit la taille d’un terrain de volley. Ceci permet aux alvéoles d’assurer leur rôle, qui est de transmettre l’oxygène au sang et d’en extraire le dioxyde de carbone.

À ce niveau, on retrouve les pneumocytes de type 2, qui sécrètent le surfactant. La présence de ce dernier est essentielle, dans la mesure où il permet de diminuer la tension superficielle en permettant ainsi une distension pulmonaire plus facile. Pour comparaison, son rôle est le même que le savon qu’on ajoute à l’eau afin de former des bulles de savon. Il prévient le collapsus des alvéoles en phase d’expiration. Il est lavé par l’eau lors des noyades ce qui impose une surveillance intensive des noyés réanimés.

Les mouvements de l’air pendant la ventilation pulmonaire
Dépendent essentiellement de la contraction des muscles respiratoires qui provoque un gradient de pression entraînant l’air à l’intérieur des poumons. L’inspiration est donc qualifiée d’active, la contraction du diaphragme, qui augmente le diamètre vertical de la cage thoracique et des muscles intercostaux externes, qui augmente le diamètre antéropostérieur, entraîne une diminution de la pression à l’intérieur des poumons et donc une entrée d’air.

L’expiration naturelle est un phénomène passif, résultant de forces de rappel élastiques lorsque les muscles se relâchent qui font revenir la cage thoracique à son volume de début d’inspiration et donc chassent l’air des poumons. On peut néanmoins réaliser une expiration forcée, qui est active. Elle fait intervenir les muscles abdominaux et les muscles intercostaux internes.

Les échanges et le transport des gaz
La respiration externe, pulmonaire, permet la transformation du sang désoxygéné qui vient du cœur en sang oxygéné, qui y retournera pour être redistribué à l’ensemble du corps. Les échanges entre les alvéoles et le sang sont en fonction des différences des pressions partielles, un gaz diffusera de la pression élevée vers la pression basse selon la loi de Fick. La pression partielle des alvéoles étant de 100 mmHg pour le dioxygène et de 40 mmHg pour le dioxyde de carbone quand respectivement elle est de 40 mmHg et de 46 mmHg dans le capillaire, l’O2 va des alvéoles jusqu’au sang et le dioxyde de carbone fait le chemin inverse.
Le temps de contact entre le sang et les alvéoles est de 0,75 seconde, mais un tiers du temps seulement suffit pour atteindre les équilibres. Le système cœur-poumons est appelé petite circulation ; cette dernière a été mise en évidence la première fois par le médecin arabe Ibn Nafis en 1242 au Caire
La régulation de la respiration

La respiration se déroule de façon inconsciente et rythmique grâce à l’activité de certains neurones du tronc cérébral. Sa régulation dépend essentiellement de la pression partielle de dioxyde de carbone dans le sang, celle-ci étant captée par deux types de chémorécepteurs localisés en périphérie et dans le système nerveux central. Les premiers se situent dans la crosse de l’aorte et à la bifurcation des carotides, les seconds se situent sur la face ventrale du bulbe rachidien. Toute modification de la teneur en dioxyde de carbone dans le sang entraîne une réponse du rythme et de la profondeur de la ventilation. Des modulations des activités respiratoires peuvent aussi être dues à d’autres stimulations, comme par exemple au cours des émotions (peur, excitation… ).

Le maintien de la stérilité pour assurer une capacité respiratoire
Le poumon, organe complexe, est maintenu stérile par les sécrétions qu’il génère, en particulier par un certain nombre de constituants antimicrobiens présents dans le mucus. En sus des glycoprotéines, exemple mucines, on trouve des protéines antimicrobiennes du type lactoferrine, lysozyme, lactoperoxydase. On trouve également d’autres protéines de type duox qui permettent la production de peroxyde d’hydrogène, peroxyde nécessaire à la production d’hypothiocyanite. On notera que cette fonction est altérée chez les patients atteints de mucoviscidose.

Rôle du système nerveux autonome
Une stimulation sympathique de l’arbre bronchique provoque une dilatation des bronches ainsi qu’une inhibition de la sécrétion de mucus. A contrario, une stimulation parasympathique provoque une constriction des bronches ainsi qu’une stimulation de la sécrétion de mucus.

Les artères – des couches concentriques

Une artère (du grec αρτηρία, artêria) est un vaisseau qui conduit le sang du cœur aux autres tissus de l’organisme.

Structure
Une artère est constituée de plusieurs couches concentriques :

L’intima (au contact direct du sang) constituée d’un endothélium (composé de cellules épithéliales pavimenteuses) et d’une couche sous-endothéliale qui correspond à un tissu conjonctif lâche. L’endothélium et la couche sont séparés par une lame basale.
La média, constituée de fibres musculaires lisses (plus ou moins abondantes), de fibre de collagène et de fibres d’élastine (plus ou moins abondantes). Elle est limitée :
par une limitante élastique interne, circulaire
par une limitante élastique externe, longitudinale

qui sont plus ou moins visibles en microscopie.

L’adventice (en périphérie) constituée de fibres de collagène et d’élastine, ainsi que de cellules adipeuses (adipocytes)

À la différence des veines, les artères ne disposent pas de valves. Les veines sont roses et flasques.

Fonctions
Les artères distribuent un sang à haute pression éjecté des ventricules cardiaques vers les différents tissus du corps. Les artères doivent s’accommoder des grandes variations de pression engendrées par l’activité cardiaque. Pour y parvenir, elles sont entourées de fibres musculaires lisses capables de se contracter (vasoconstriction) ou de se détendre (vasodilatation) en fonction des signaux nerveux et hormonaux reçus.

Il existe 2 grands types d’artères : les artères pulmonaires et les artères systémiques.

Les artères pulmonaires sont issues du tronc pulmonaire, lui même en continuité du ventricule droit du cœur. Elles charrient un sang pauvre en dioxygène, qui va rejoindre la micro-circulation pulmonaire pour s’oxygéner lors de leur passage autour des alvéoles pulmonaires.

Les artères systémiques sont celles qui apportent un sang riche en dioxygène (et en nutriments) vers les cellules pour leur permettre d’assurer leur survie.

Anatomie
Anatomie de la paroi d’une artère.

Chez l’embryon, les artères qui se constituent dès le début du développement embryonnaire pour conduire le sang du cœur vers les organes périphériques guident aussi les veines qui en assurent le retour vers le cœur.

L’artère principale est l’aorte ; gros vaisseau, naissant du cœur, en continuité avec le ventricule gauche, qui commence par monter en haut et à droite, tourne vers la droite, pour se diriger du côté de l’hemithorax gauche (crosse de l’aorte), puis redescend vers l’ombilic, où elle se divise en deux artères iliaques primitives ou communes.

Pathologies des artères
On appelle artériopathie une maladie des artères ou des artérioles.

Athérosclérose et athérome
Dissection aortique
Hypertension artérielle
Insuffisance coronarienne (ou angor, angine de poitrine)
Artériopathie oblitérante des membres inférieurs
Maladie de Horton
Malformation artérielle
Anévrisme

L’embolie pulmonaire est une maladie à part.

L’estomac – poche stomacale

L’estomac (en grec ancien στόμαχος) (aussi appelé poche stomacale) est la portion du tube digestif en forme de poche, située entre l’œsophage et le duodénum. L’estomac reçoit les aliments mâchés dans la bouche et déglutis dans l’œsophage. Chez l’être humain, l’organe est en forme de J majuscule, à l’âge adulte il fait 15 cm de haut, contient 0,5 l à vide, et peut contenir jusqu’à 4 litres. L’estomac est en rapport anatomique avec le foie (à droite), la rate (à gauche), le pancréas (en arrière), le diaphragme (en haut) et les intestins (en bas). Il est situé au-dessus du mésocôlon (étage sus-mésocolique).

La branche de la médecine qui s’occupe de l’estomac est la Gastro-entérologie.

L’estomac permet d’assurer la digestion par ses fonctions mécanique (brassage) et chimique en mélangeant les aliments aux sucs gastriques (eau, acide chlorhydrique, enzymes). Pour une digestion idéale, le pH de l’estomac est compris entre 1,5 (pendant la nuit) et 5 (en début de digestion) : les enzymes gastriques fonctionnent à pH acide.

Le produit de la transformation par l’estomac est une pâte, appelée chyme qui se déverse dans le duodénum par le pylore. C’est dans le duodénum que le chyme acide va être neutralisé par les bases produites de la bile et du suc pancréatique. Cette neutralisation produit des sels minéraux assimilables, dont certains passent dans l’organisme directement à travers la paroi du duodénum grâce à des hormones produites par les glandes surrénales, les minéralocorticoïdes.

La durée de la digestion dans l’estomac varie environ entre 3 et 7 heures.

L’estomac se caractérise de face par une forme en J et présente une ouverture en haut, le cardia qui permet la jonction avec l’œsophage. Il comprend le sphincter œsophagien inférieur et le pylore à sa sortie vers le duodénum en bas. On distingue deux courbures :

la petite courbure (à droite) vascularisé par les artères et veines gastriques gauche et droite ;
la grande courbure (à gauche) vascularisé par les artères et veines gastro-épiploïques gauche et droite.

L’estomac est composé de trois parties, dont les muqueuses sécrètent toutes du mucus protecteur contre une auto-digestion, de haut en bas :

le fundus
le corps
l’antre

La muqueuse du fundus et de l’estomac comporte des glandes gastriques sur un quart de leur épaisseur, ces glandes sont l’endroit où se fabrique l’acide, produit par les cellules pariétales ou oxynlitiques1. La paroi produit des pepsines (probablement 8 différentes selon les chromatographies). Sous l’effet de ces sécrétions, les aliments protéinés commencent leur transformation. Cette décomposition joue un rôle majeur pour la transformation des particules alimentaires en réduisant leur taille.

Entre l’antre et le corps existe une zone de striction permanente, sorte de sphincter fonctionnel limitant les passages du haut vers le bas. L’estomac est constitué, de la surface vers la profondeur, de plusieurs couches : le péritoine le recouvre presque totalement en surface, puis viennent trois couches musculaires (longitudinale, oblique et circulaire), et la muqueuse interne posée sur son chorion conjonctif. Pour commander le travail de ses muscles, l’estomac possède son système nerveux pariétal propre, situé un peu plus bas que le milieu dans la grande courbure, et ce pace maker rythme les contractions de la partie inférieure (antre et pylore : la pompe). Il est modulé par les systèmes sympathique et parasympathique.

Au niveau de la jonction oeso-gastrique, se trouve l’angle de Hiss qui empêche les reflux gastriques acides vers le haut qui provoqueraient des brûlures de l’œsophage : celui-ci n’est pas protégé contre l’acide chlorhydrique sécrété à pH 0,9 dans l’estomac. Le reflux peut aller jusque dans la bouche et abîmer les dents. Au passage, il peut aussi irriter les voies respiratoires par fausse route – surtout la nuit ou en se penchant – produire de la toux, et peut-être aussi des apnées de défenses.

La partie inférieure (pylore) comprend le muscle sphincter pylorique, qui permet la sortie cadencée du chyme gastrique dans le duodénum. Le rôle principal de ce muscle est de restreindre le passage de particules alimentaires de taille supérieure à 0,5 mm. Ce n’est qu’en fin de digestion que l’estomac vidange ce qui n’a pas été réduit par le travail des enzymes et le brassage mécanique puissant, en désespoir de cause, confiant le travail non fait à son suivant principal : le pancréas, organe le plus compétent de la digestion, capable comme l’estomac de réduire la taille des particules et des protéines alimentaires, mais aussi de continuer la digestion des graisses (lipides) et des sucres complexes (hydrate de carbone et amidon par exemple) commencée dans la cavité orale (ptyaline pour les sucres complexes et lipase linguale pour les graisses).

Le deuxième rôle important du pylore est le comptage des calories : contrairement à la vision admise, un estomac efficace est un estomac lent. Les plus gros troubles digestifs sont dus à l’envahissement de l’intestin par une masse importante d’aliments non transformés par l’estomac. Le modèle extrême est le dumping syndrome après gastrectomie. Un autre effet néfaste est l’arrivée massive de calories dans le sang (la digestion pancréatique normale est explosive et la résorption dans le duodénum dans la première demi-heure est de 10 % des sucres, 7 % des lipides et 4 % des protéines sur le total du repas) avec diverses conséquences (hyperglycémie puis hypoglycémie réactionnelle, hypercholestérolémie et hypertriglycéridémie, etc.).

La richesse calorique est analysée dans le duodénum et donne lieu à des rétroactions réglant l’éjection pylorique. Le but est de donner à l’estomac un rôle de garde-manger pour l’activité quotidienne.

Déclenché par divers mécanismes après l’entrée des aliments (hormones locales telles la gastrine, système nerveux parasympathique avec la terminaison des deux nerfs crâniens pneumogastriques) le travail de la partie éjectante se fait au rythme de trois vagues par minute pendant la digestion. Les vagues se heurtent au pylore, une petite éjection passe dans le bulbe du duodénum, le reste remonte en direction du barrage constitué par une zone de striction permanente située entre l’antre et la partie haute (fundus – corps).

Si la partie éjectante est toujours le lieu d’un tonus musculaire la maintenant aplatie lorsque l’estomac est vide, la partie haute est toujours ouverte (elle est logée sous la demi-coupole du diaphragme gauche, sous le cœur) , même en l’absence d’aliments, et forme une poche d’air renvoyé lors du remplissage des repas. Cette partie haute, contrairement à l’antre, est le lieu d’une relaxation adaptative au volume du repas : elle se détend pour recevoir, et les aliments se déposent en couches horizontales.

La zone de striction maintenue par le tonus musculaire forme, comme un sphincter, un passage contrôlé du contenu digestif : le passage vers l’antre donne des résultats divers selon le moment de la digestion. Les liquides, même bus en fin de repas sortent les premiers. Les aliments mélangés par la préparation culinaire et le broyage masticatoire décantent progressivement : la partie semi-pâteuse reste en bas tandis que les graisses montent, étant de densité moindre. Elles seront les dernières à sortir.

Les trois parties de l’estomac sont :

– le fundus : hydratation du bol alimentaire ;
– le corps : il comporte les cellules pariétales (cellules bordantes) qui synthétisent l’acide chlorhydrique (HCl), les cellules à mucus pour la protection de la paroi stomacale et les cellules principales qui sécrètent le pepsinogène (précurseur de la pepsine). Les cellules du corps sont sensibles à la gastrine (augmente les sécrétions) ;
– l’antre : paroi à prédominance motrice pour permettre un bon brassage des aliments, produit la gastrine.
– le pylore c’est un orifice de communication entre l estomac et le duodenum

L’estomac comporte :

– le cardia qui entoure l’orifice d’entrée,
– le pôle supérieur ou fundus ou encore grosse tubérosité, forme un dôme qui reçoit les gaz contenus dans les aliments,
– le corps est la portion moyenne,
– l’antre se rétrécit pour former le pylore,
– le pylore qui constitue un essor de chyme vers le duodénum.

Les sécrétions gastriques sont le fait des glandes gastriques spécialisées qui comportent diverses cellules sécrétrices en fonction de leur localisation dans l’estomac.

Ainsi, les glandes du cardia produisent plutôt du mucus tandis que celles du corps produisent du mucus, du pepsinogène (enzyme inactive qui est transformée en pepsine active), de l’acide chlorhydrique et des hormones gastriques. Le pylore produit principalement de la gastrine.

L’estomac est le siège de nombreuses maladies, congénitales ou acquises :
Agénésie
Gastrite
Cancer
Ulcères, consécutifs à une infection à Helicobacter pylori, un stress ou à la prise d’anti-inflammatoires non Stéroïdiens (aspirine etc)
Retournement de l’estomac (chez les chiens)

Découvrez OVALIS PIER ® – la nouvelle révolution industrielle