L’oeil – la chambre de la vision

Contenu dans l’orbite, l’œil est constitué du globe oculaire et de ses annexes (paupières, glandes lacrymales, …). Sa fonction est de recevoir la lumière et de la transformer en message nerveux qui est transmis au cerveau par le nerf optique. Il fonctionne comme un appareil photographique.

Les trois tuniques du globe oculaire
La tunique externe, les liquides qui la nourrissent et la protègent
La tunique externe comprend la sclérotique et la cornée.
La sclérotique donne à l’œil sa couleur blanche et le protège.
La cornée est la principale lentille de l’œil. Elle se laisse traverser par les rayons lumineux en leur faisant subir un changement de direction : c’est le phénomène de réfraction. La cornée assure environ 80 % de la réfraction.
Elle est nourrie par l’humeur aqueuse et elle est en permanence humidifiée par les larmes, sécrétées par les glandes lacrymales réparties par le battement des paupières.

La tunique intermédiaire ou uvée
Elle est constituée de l’iris , du corps ciliaire et de la choroïde.
L’iris fait varier l’ouverture de la pupille (entre 2,5 et 7 mm) afin de réguler la quantité de lumière qui pénètre dans l’œil.
Cela évite l’aveuglement en plein soleil, et permet de capter le peu de rayons la nuit. L’iris donne à l’œil sa couleur.
Le corps ciliaire prolonge l’iris en arrière et rejoint la choroïde.
La choroïde  est une couche vasculaire : elle est très riche en vaisseaux sanguins afin de nourrir les photorécepteurs de la rétine.
Elle est imprégnée d’un pigment noir, la mélanine, qui transforme l’intérieur de l’œil en chambre noire. Elle absorbe les rayons lumineux inutiles pour la vision.

La tunique interne
La tunique interne ou rétine est la couche sensible à la lumière grâce aux photo-récepteurs (les cônes et les bâtonnets) qu’elle contient.
Les bâtonnets, environ 130 millions, sont situés en périphérie et sont très sensibles à la lumière. Ils permettent la vision nocturne. Les cônes, environ 5 à 7 millions, sont situés au niveau de la fovéa, partie la plus sensible de la rétine. Ils permettent la vision de jour et sont très sensibles aux couleurs.

Les muscles de l’œil
Les muscles oculomoteurs
Six muscles oculomoteurs, fixés à l’extérieur de la sclérotique, permettent les mouvements de l’œil dans l’orbite. Un septième commande la paupière supérieure.

Muscle droit supérieur (mouvement vers le haut, vers l’intérieur et dans le sens inverse des aiguilles d’une montre)
Muscle droit inférieur (mouvement vers le bas, vers l’intérieur et dans le sens des aiguilles d’une montre)
Muscle droit interne (mouvement vers l’intérieur)
Muscle droit externe (mouvement vers l’avant)
Petit muscle oblique (mouvement vers le haut, vers l’extérieur et dans le sens des aiguilles d’une montre)
Grand oblique (mouvement vers le bas, vers l’avant et dans le sens inverse des aiguilles d’une montre)

Les muscles ciliaires
À la limite de l’iris et de la choroïde, ils font varier la convergence du cristallin : en modifiant ses courbures, le cristallin rend possible la focalisation de la lumière sur la rétine.

L’irrigation du cerveau – Un système à haut débit

Commandant toutes les fonctions notre corps, les mouvements volontaires comme la parole, ou involontaires telle la sensibilité, le cerveau a besoin de beaucoup d’énergie pour mener à bien sa tâche. Environ 20 % du sang pompé par le cœur se dirige ainsi vers le cerveau, irrigué par ses propres artères.

Organisation
Chaque partie du cerveau est spécialisée dans une tâche particulière. Globalement, la moitié gauche est responsable de la pensée verbale et la moitié droite de la pensée figurative (émotion, réflexion).
Pour remplir ses fonctions, le cerveau a besoin de beaucoup d’énergie, mais c’est pourtant l’organe du corps qui est le moins capable d’en stocker. C’est pourquoi il lui faut en permanence de l’oxygène et du glucose (sucre) apporté par le sang.

Les artères
Pour son irrigation, le cerveau possède ses propres artères ou vaisseaux nourriciers.
• Les 2 artères carotides, de chaque côté du cou. Elles donnent naissance aux artères carotides internes, qui elles-mêmes se ramifient en artères ophtalmiques et en artères vertébrales cérébrales, interne et moyenne. Elles irriguent le cerveau, les yeux et la face.
• Les deux artères vertébrales, montant de la colonne vertébrale à l’arrière du cou, se rejoignent à la base du cerveau. Elles donnent naissance aux artères cérébrales qui irriguent le cerveau.

• L’artère basilaire est formé de l’union des deux artères vertébrales. Elle irrigue le pont, la glande pinéale, le cervelet et les cortex temporal et occipital.
L’intégrité des artères cérébrales est essentielle puisque ce sont les vaisseaux qui apportent le sang et l’oxygène nécessaires au bon fonctionnement de cet organe. Mais, avec l’âge, les artères s’épaississent et perdent leur élasticité mais surtout, elles peuvent se rétrécir (sténose) par l’accumulation de dépôts graisseux ou plaques d’athérome sur leur paroi, en général du cholestérol. C’est l’athérosclérose qui obstrue peu à peu les artères et diminue l’apport sanguin au niveau des organes, et plus particulièrement du cerveau, avec toutes les pathologies qui peuvent en découler.

Les capillaires
Comme tous les organes, le cerveau est irrigué par des milliards de capillaires. Ces derniers sont de petits vaisseaux –
6 µm de diamètre environ – dont la fine paroi laisse passer oxygène et nutriments vers les cellules cérébrales. Pour circuler du cœur aux capillaires, le sang passe par différentes artères (l’aorte, les carotides…), puis des artérioles.
Au niveau capillaire, on peut mesurer le volume de sang transporté. Cependant, ce qui compte à ce niveau, c’est la quantité de sang irriguant une masse de tissu donnée. Le débit sanguin est donc exprimé en ml/100g/min : un débit de
80 ml/100g/min, mesuré dans la
substance grise du cerveau humain, signifie que 80 ml de sang transitent chaque minute à travers ces 100 g
de matière cérébrale. De même, le volume de sang utile est exprimé
en ml/100g.

Les veines
Des capillaires au cœur, le sang circule par des veinules puis des veines. L’épaisse paroi de ces gros vaisseaux (artères, veines…) ne permet pas les échanges entre sang et tissu.
Ils peuvent être comparés aux tuyaux qui transportent l’eau chaude de la chaudière vers les radiateurs (les capillaires) où s’effectue la majeure partie de l’échange thermique.
Dans les gros vaisseaux, c’est le débit du sang (volume transporté par unité de temps, exprimé en ml/min) qui compte.

Anatomie – une science

L’anatomie (provenant du nom grec ἀνατομία anatomia, provenant du verbe ἀνατέμνειν anatemnein, se traduisant par couper, découper) est une science descriptive étudiant la structure interne, la topographie et le rapport des organes entre eux.

Le terme désigne à la fois la structure d’un organisme vivant et la branche de la biologie ou de la médecine, pour l’anatomie humaine, qui étudie cette structure.

Découvrez OVALIS PIER ® – la nouvelle révolution industrielle